Le vrai du faux

image_pdfimage_print

Chers amis, dans cette page nous allons tenter de vous donner les éléments pour vous permettre de faire le tri dans certaines affirmations assénées par des membres de l’opposition.

Nous ne reviendrons pas sur le lamentable épisode où certains ont voulu faire croire que madame le Maire avait refusé de vendre un terrain aux cars Lacroix pour une éventuelle extension. La ville ne possède aucun terrain dans cette zone permettant une activité industrielle !

 

 

La fuite du personnel

Les attaques de ce type sont particulièrement sournoises. En effet les rédacteurs savent ou devraient savoir que le Maire, par déontologie, ne peut pas donner d’informations qualitatives sur le personnel.

Les agents ont le droit de quitter la collectivité quand bon leur semble.

Les motifs sont très variés :

  • Longévité dans le poste et souhait d’évoluer
  • Espoir de mettre un terme à une procédure disciplinaire
  • Souhait d’éviter une exigence d’implication et de qualité dans la prestation managériale (personnel, gestion …).
  • . . .

Le changement des têtes au niveau des chefs de service est-il un mal en soi ?  Nous ne le croyons pas. Autant, certains sont capables de se remettre en cause et d’innover dans leur travail sans être sollicités ou contraints, autant l’arrivée de nouvelles têtes est l’occasion d’amener de nouveaux talents, de nouvelles idées, de nouveaux modes de fonctionnement …  bref, d’amener un peu d’oxygène dans l’intérêt de la ville.

Rectificatif : ce sont 6 et non 9 chefs de service qui ont quitté la commune.

 

 

« Plus d’impôts pour moins de services », on ne peut réécrire l’histoire.  Ce n’est pas le bilan de la majorité actuelle mais bien les conséquences de la gestion calamiteuse de la majorité précédente et de son maire ardent soutien de madame Nordmann aux élections.

On ne peut pas ressasser indéfiniment cette ineptie. L’augmentation d’impôts était nécessaire pour simplement équilibrer le budget 2014 et payer toutes les factures de 2013 mises dans un tiroir. Nous savions, dès 2014, que l’augmentation n’était pas suffisante mais c’était à la limite du supportable pour les Beauchampois. Il fallait donc, en plus, trouver des pistes d’économies et aussi des recettes afin de redresser les finances de la ville.

Malgré la baisse des dotations de l’Etat, nous n’avons plus augmenté les impôts et nos efforts ont mis la commune dans une situation nouvelle : nous dégageons un autofinancement significatif qui nous permet d’entretenir notre patrimoine. Nous sommes très fiers d’être parvenus à ce résultat en préservant l’essentiel des services rendus, en cherchant sans cesse « comment faire la même chose, voir mieux, en diminuant les coûts.