Plan Local d’Urbanisme (PLU) : 2 ans de perdu qui ne nous rendront pas nos arbres …

image_pdfimage_print

Conseil municipal du 13 Juin 2019

Nous nous sommes abstenus sur l’arrêt du PLU pour les raisons suivantes :

La majorité avait annoncé un PLU co-construit, un « urbanisme participatif » pour un « Beauchamp 2030 ». La réalité : lors des ateliers, rien de concret. Lors des 2 balades urbaines « afin d’élaborer le règlement et le zonage du futur PLU », la responsable du cabinet en charge du PLU a refusé de montrer les avant-projets de PLU. Le comble a été atteint lors de l’Avis citoyen : rien concernant le PLU ; aucun document n’a été partagé avec les groupes de travail. Difficile de donner son avis !

En réalité, qui a élaboré le PLU ?… Il est certain que ce ne sont pas les quelques Beauchampois qui ont participé aux ateliers de Beauchamp 2030. Ils ont découvert, comme tout le monde, le PLU, lors de la réunion publique.

Nous sommes satisfaits de voir que ce PLU intègre les éléments de notre modification n°2 prévue fin 2017 à savoir la protection du patrimoine végétal et architectural et la suppression de la zone UAb.

Bien que très favorables aux principales règles d’implantation, nous ne pouvons accepter :

  • des façades à 19 mètres, au cœur de ville, face aux immeubles de la gare, avenue du Général Leclerc, dont la hauteur est à 15 m au faîtage, ce qui a toujours été le maximum, pour nous, à Beauchamp,
  • la hauteur de 16 m, au faîtage, de la zone UA (au lieu de 13 m),
  • l’emprise au sol à 100% dans toute la zone UA dans une bande de 20 m,
  • les choix pour le quartier des bleuets, très spécifique car très pavillonnaire, classé en zone UA avec les conditions évoquées précédemment,
  • l’interdiction de nouveaux commerces de détail comme les boulangeries ou la restauration en zone UAb,
  • la concentration des logements sociaux sur le centre ville puisque minimum 45 % sur toute la zone UA,
  • la suppression de l’OAP, garage au coin de l’avenue Minier et de l’avenue Leclerc où l’EPF est déjà propriétaire d’une maison pour Beauchamp. Que va-t-il se passer et pourquoi cette décision surprenante ? Est-ce pour satisfaire des amis qui ne veulent pas de logements sociaux près de chez eux ?…
  • la zone N transformée en UI, secteur Pontalis, avec la disparition du petit bois et des 3 associations : le club canin, les archers et les boulistes.

Tout ça pour ça ! Et, en plus, aucune étude d’impact sur la circulation et le stationnement n’est faite avec l’apport de toutes les constructions concentrées en centre ville. Aucune projection de voies douces n’est incluse dans ce PLU.

Une réflexion sur “Plan Local d’Urbanisme (PLU) : 2 ans de perdu qui ne nous rendront pas nos arbres …

  • 3 novembre 2019 à 22 h 15 min
    Permalien

    Voici le texte de ma contribution sur le registre numérique de l’enquête publique :
    NON À LA SUPPRESSION DU BOIS DE PONTALIS – CONTRE L’ADOPTION DU PLU EN L’ÉTAT ACTUEL

    À l’attention du commissaire enquêteur,

    J’habite à Montigny les Cormeilles le long de la voie ferrée face au bois de Pontalis.

    J’apprends que ce bois doit être partiellement rasé au profit d’une aire de stationnement de bus et de ravitaillement en biogaz pour les cars Lacroix.

    Je m’oppose catégoriquement à la création de ce pôle « mobilité-transport » sur la zone du bois de Pontalis pour ne pas nuire aux riverains et aux usagers du Bois de Boissy.

    3M quitte Beauchamp et libère un espace foncier conséquent qui est plus approprié pour cette structure industrielle que représente l’extension des Cars Lacroix. Le foncier disponible existe !! Il n’est pas utile de raser un bois qui sera perdu à jamais.

    Il est primordial de ne pas exposer les riverains des communes de Montigny, Beauchamp et Franconville aux risques d’explosions, de pollutions et de nuisances (sonores, odeurs, environnement boisé fortement impacté) dont l’impact toucherait sans aucun doute mon domicile. Je ne peux que m’y opposer ! Pensez à nos enfants !

    Sans compter la perte de valeur inévitable des habitations environnantes due à la proximité d’une ICPE en lieu et place d’un espace boisé. La moins-value sur les ventes sera alors indéniable sans qu’aucune compensation financière n’ait été prévue.

    Et nous devrions accepter l’implantation de ce site près de chez nous compte tenu de tous ces désagréments ? C’est impossible !

    Enfin, que dire d’une installation d’un site Biogaz à côté d’un site classé Sévéso, Silar ??!!!

    Pour rappel, Un très important incendie s’est déclaré en septembre 2019 à Rouen, sur le site de l’usine classée Seveso nécessitant de créer une zone de confinement incluant 13 communes ! Le protocole Seveso est une directive européenne pour identifier les sites potentiellement dangereux et établir un plan de sécurité pour chacun.

    Pour toutes ces raisons, je vous demande de ne pas accéder à la requête de l’implantation du site là où il est prévu actuellement mais de l’envisager sur un site déjà industrialisé dans lequel les nuisances seraient moindres.

    Des sites industriels déjà classés et hors de toutes présences humaines à proximité, sont déjà disponibles alors pourquoi ce bois de Pontalis ???

    Cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour lutter contre les spams, nous vous remercions de remplir la case vide pour que l\'opération soit exacte *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.